FAITES UN PIED DE NEZ AU CANCER
CHEZ LES 18-35 ANS AU QUÉBEC

Le battant

12 novembre 2017

 

Marc-André Chabot nous a quittés samedi dernier.  Nous nous sommes connus il y a deux ans, à un moment où il faisait face à une montagne de nouvelles difficiles à avaler seul, à un moment où il cherchait des alliés pour se battre.

Dire que Marc-André était “tout un numéro” est un euphémisme, sa famille et ses proches vous le diront.  Il était habité d’une foule de passions aussi variées qu’étonnantes.  L’une de celles-ci : l’aviation.  Il avait fait le choix professionnel de devenir pilote, profession qu’il pût exercer quelque temps avant de devoir mettra sa carrière en veilleuse pour faire face au cancer.  Pas étonnant donc que nous étions tous réunis hier au Complexe Capitale Hélicoptère, pour lui rendre un dernier hommage, sur le tapis rouge d’un grand hangar, décoré simplement de magnifiques appareils du ciel.

Lors de cette sobre et simple cérémonie bercée de musique et de photos qui démontraient bien la personnalité flamboyante de Marc-André, la célébrante a demandé à la foule de penser en silence à un mot, un seul, qui le décrirait bien.   Puis, elle nous a demandé de partager ces mots haut et fort.  Passionné.  Amoureux.  Persévérant. Déterminé. Courageux (un mot qu’il n’aimait pas s’attribuer lui-même d’ailleurs).  Inspirant… et finalement, le chat sort du sac… têtu!  Oui monsieur!  Têtu!  

Je ne compte plus les fois où nous avons affronté nos idées, nos visions, les solutions, les plans de match.  Il était vraiment têtu.  Pas parce qu’il ne comprenait pas (il était très vif et intelligent), pas parce qu’il ne voulait pas écouter (il saisissait toutes les subtilités de nos discussions) mais plutôt parce qu’il n’avait qu’un plan, qu’une seule idée en tête : vivre encore.  Il savait ce qu’il voulait.  Il savait comment il le voulait.  C’était clair pour lui.   Il avait encore beaucoup trop d’amour à donner.

Hier le mot que j’avais choisi pour lui était “battant”.

Le pied sur l’accélérateur, les yeux clairs et le couteau entre les dents, il filait à travers le tsunami de nouvelles médicales qu’il a eu à affronter au fil des mois.  Les centaines de jours en chimio, les opérations, les voyages à l’extérieur pour des traitements prometteurs…  La tête baissée, il était un battant, un vrai!

Jusqu’au dernier moment, jusqu’au dernier souffle, il était un battant.

Et les battants suscitent l’admiration.  Les battants sont source de motivation. L’impact qu’il a eu sur des milliers de gens à travers le Québec est indéniable.  C’est un legs qu’il nous a offert, moi inclus, pour que nous puissions puiser dans notre mémoire dans les moments plus difficiles de notre vie.

Le cancer frappe à la porte de 4000 jeunes par année au Québec.

Des parents aimants ne devraient pas avoir survivre au décès de leur enfant.  

Une amoureuse généreuse et complice ne devrait jamais avoir à vivre le deuil d’un amoureux parti dans la fleur de l’âge.  

Et des petites puces innocentes ne devraient jamais avoir à dire adieu à leur papa alors que la vie ne fait que s’ouvrir devant eux.

Mais telle est la réalité de certains jeunes adultes qui se battent contre le cancer et qui doivent baisser les bras.

Telle est la triste réalité que je dois constater avec mes collègues à tous les jours.

Demain matin, je vais continuer à me battre, je vais continuer à accompagner des jeunes qui cherchent un peu de réconfort.  Mais une chose est sûre, je serai plus fort qu’hier, car je serai accompagné de mon ami Marc-André, le battant.  Et ensemble, on est toute une équipe!

Simon Lafortune
Directeur général

P.s. J’aimerais me permettre en terminant de souligner le travail extraordinaire de ma collègue Julie T. Leclerc qui fut pour Marc-André et sa famille un guide et une ancre dans des moments de tempête.  Merci pour ton écoute, ta compréhension et la multitude d’attentions que tu lui as offerte.  Il t’estimait beaucoup et tu as été, comme il le disait souvent, son "ange venu du ciel".  Tout un compliment quand ça vient d’un pilote…  

Plus de nouvelles

Le battant

Une entrevue avec Danika-la-conquérante

Festif à la vie

20 mai 2017 : Déroulement de la journée

Le party des Grillades à Poudrette - Record mondial Néz pour vivre

Tirage Passeport pour l'espoir - LES GAGNANTS

Entrevue avec Marc-André Chabot - Jeune père de famille atteint d'un cancer testiculaire nous parle de la fondation et de l'approche du Temps des fêtes !

Médaille du service méritoire (division civile) pour Francine Laplante

MARCHÉ DE NOËL ÉPHÈMÈRE NÉZ POUR VIVRE

Entrevue avec Diane Monette - Confidences d'une maman d'un jeune qui se bat contre le cancer

Annonce d’un nouveau programme d’aide

Défi 15 jours Instantanez, du 29 septembre au 13 octobre

Aventure thérapeutique pour jeunes atteints de cancer

Entrevue avec Jay Bouvier

Le record de nez prise 2 et le Show du ciel

Une nouvelle campagne pour Néz pour vivre!

Un 1er album pour Émilie Janvier et une chanson en l'honneur de Louis-Philippe

L’engagement exemplaire de Clodine Desrochers auprès de la Fondation Néz pour vivre lui mérite une nomination pour le Prix du dépassement Métro

LE PRIX #21 en l'honneur de Jonathan Truchon

Un prix pour notre partenaire Tim Hortons en lien avec la Course Instantanez

Cocktail des Gazelles - Date reportée au jeudi 2 juin 2016

LE REPOS DU GUERRIER – Jonathan Truchon (1988-2015)

72 000$ pour la chaire de recherche Louis-Philippe Janvier de la fondation Néz pour vivre

Prix Hommage spécial pour Francine Laplante

Les Nez sont encore disponibles jusqu'au 1er novembre

La famille Massy

La première édition de la Course des Moissons a connu tout un départ!

Une histoire d’amour pas banale

Notre capitaine, Jonathan Truchon

500 000$ de la Fondation Guy Laliberté

Une application pour la communauté NPV

© 2017 Fondation Néz pour vivre
Accueil La fondation Statistiques Recherche Médicale Faire un don Ressources Événements Nouvelles