FAITES UN PIED DE NEZ AU CANCER
CHEZ LES 18-35 ANS AU QUÉBEC

Une entrevue avec Danika-la-conquérante

24 juillet 2017

Le 9 mars dernier Marie-Philippe et Simon de la fondation ont rencontré Danika pour la première fois.  Assis à la table d’un petit resto déjeuner, ils ne savaient pas qu’ils serait frappés de plein fouet par la fougue, l’énergie et le charme de ce petit bout de femme qui en mène large.  Danika s’est prêtée au jeu de réponde à quelques-unes de nos questions, ce que nous partageons avec vous aujourd’hui.

Présentez-vous (nom, âge, diagnostic, occupation, ville)

Je m’appelle Danika, j’ai 25 ans, j’habite Montréal et j’étudie en Soins infirmiers. À 19 ans j’ai reçu un diagnostic de mélanome de stade 1, puis à 21 ans; une récidive de mélanome de stade 4. Depuis ce temps, je suis passée par 4 types de traitements et par tous les effets secondaires imaginables. Heureusement, depuis septembre 2016, je n’ai plus de traces de cancer, mais je dois tout de même poursuivre mes traitements aux 3 semaines, et ce, pour une durée indéterminée. 

 

Quel est votre lien avec la fondation ? 

Ma relation avec la fondation date d’il y a quelques mois… je ressentais une angoisse à l’idée de terminer mes études en soins infirmiers et d’avoir des difficultés à me trouver un emploi, en lien avec mon diagnostic. Je vais présentement très bien, mais je dois tout de même apprendre à vivre avec une certaine incertitude par rapport au futur. De plus, j’ai plusieurs rendez-vous médicaux, ce qui rend le travail à temps plein quasi impossible pour le moment. Tout cela apporte donc un stress énorme. Ma santé demeure ma priorité, mais, à 25 ans, on veut aussi une certaine indépendance financière afin de continuer à avancer dans la vie… C’est dans cette optique que j’ai été mise en contact avec la fondation. Dès nos premiers échanges, j’ai senti que ces gens allaient m’aider. Avec la fondation, on ne se sent pas comme un numéro. Ces gens connaissent la maladie et comprennent les enjeux reliés à la vie d’un jeune adulte. Ils m’ont écouté, ont compris mes craintes, et m’ont immédiatement soutenue.

 

Parlez-nous d'un enjeu qui vous tient à coeur, en lien avec le cancer chez les jeunes de 18-35 ans. (enjeux monétaires, manque de soutien psychologique, etc.)

Recevoir un diagnostic en tant que jeune adulte est très difficile à vivre. C’est l’âge ou tu veux prendre ton envol, mais la vie tente de te couper les ailes. On veut s’émanciper, rêver, avancer, mais on a des bâtons dans les roues et on doit retomber dépendant; dépendant de notre entourage, des traitements, des soins, des rendez-vous… C’est un âge où nos priorités sont habituellement de trouver l’amour, de s’installer professionnellement, de penser à une maison, des enfants, etc., mais lorsque nous sommes diagnostiqué d’un cancer, la seule chose que l’on veut c’est vivre. C’est donc difficile de modifier ses priorités, tout en voulant continuer à avancer et rêver. C’est un équilibre très difficile à trouver. 

 

Que croyez-vous que la Fondation Néz pour vivre peut apporter aux jeunes adultes atteints de cancer?

Comme j’ai dit plus tôt, le soutien financier est nécessaire. L'argent signifie indépendance et c'est nécessaire à notre âge. Ça nous permet de diminuer notre niveau de stress et de nous concentrer sur ce qui compte vraiment. Et au-delà de l’aide financière, la fondation nous apporte du soutien, de l’écoute, de l’empathie, de l’humour… Et croyez-moi, ça fait un bien fou!

 

Parlez-nous d'un moment vécu en lien avec la fondation (événement bénéfique, soutien direct reçu, etc.) 

La fondation m’a donné un coup de main financier pour que je puisse déménager en appartement, et me voilà dans mon nouveau chez-moi! Depuis 3 ans que je reçois des traitements sans arrêt, et que j’ai dû dépendre de mes parents, et maintenant que ça va mieux, je ressentais le besoin de vivre mon indépendance et de mordre dans la vie! Je ne peux toutefois pas travailler autant que les autres à cause de mes traitements et des nombreux rendez-vous… Ils m’ont donc aidé à rendre cela possible!

 

Que diriez-vous pour convaincre quelqu'un de donner ou de s'impliquer auprès de la fondation?

Donner à la fondation c’est donner directement aux jeunes adultes atteints de cancer. J’ai vu de mes propres yeux ce qu’ils font et croyez-moi, ils sauvent des vies! À leurs yeux, aucune demande n’est superflue, impossible, ou non pertinente. Ils ne sont pas là pour juger, ils sont là pour aider. C’est une équipe formidable, qui connaît personnellement les gens qu’ils aident. Ils prennent régulièrement de mes nouvelles et ça me touche à chaque fois. Je sais que je pourrai toujours les contacter pour quoi que ce soit et qu’ils trouveront une façon de m’aider. Se sentir soutenue alors que la vie nous met des bâtons dans les roues, ça n’a pas de prix. Donnez… S’il-vous plaît, parce que de permettre à des jeunes adultes de continuer à rêver c’est un investissement pour le futur! 

 

 

Danika

Plus de nouvelles

Une entrevue avec Danika-la-conquérante

Festif à la vie

20 mai 2017 : Déroulement de la journée

Le party des Grillades à Poudrette - Record mondial Néz pour vivre

Tirage Passeport pour l'espoir - LES GAGNANTS

Entrevue avec Marc-André Chabot - Jeune père de famille atteint d'un cancer testiculaire nous parle de la fondation et de l'approche du Temps des fêtes !

Médaille du service méritoire (division civile) pour Francine Laplante

MARCHÉ DE NOËL ÉPHÈMÈRE NÉZ POUR VIVRE

Entrevue avec Diane Monette - Confidences d'une maman d'un jeune qui se bat contre le cancer

Annonce d’un nouveau programme d’aide

Défi 15 jours Instantanez, du 29 septembre au 13 octobre

Aventure thérapeutique pour jeunes atteints de cancer

Entrevue avec Jay Bouvier

Le record de nez prise 2 et le Show du ciel

Une nouvelle campagne pour Néz pour vivre!

Un 1er album pour Émilie Janvier et une chanson en l'honneur de Louis-Philippe

L’engagement exemplaire de Clodine Desrochers auprès de la Fondation Néz pour vivre lui mérite une nomination pour le Prix du dépassement Métro

LE PRIX #21 en l'honneur de Jonathan Truchon

Un prix pour notre partenaire Tim Hortons en lien avec la Course Instantanez

Cocktail des Gazelles - Date reportée au jeudi 2 juin 2016

LE REPOS DU GUERRIER – Jonathan Truchon (1988-2015)

72 000$ pour la chaire de recherche Louis-Philippe Janvier de la fondation Néz pour vivre

Prix Hommage spécial pour Francine Laplante

Les Nez sont encore disponibles jusqu'au 1er novembre

La famille Massy

La première édition de la Course des Moissons a connu tout un départ!

Une histoire d’amour pas banale

Notre capitaine, Jonathan Truchon

500 000$ de la Fondation Guy Laliberté

Une application pour la communauté NPV

© 2017 Fondation Néz pour vivre
Accueil La fondation Statistiques Recherche Médicale Faire un don Ressources Événements Nouvelles